Résumé M2R Moya Niels 2017

Etude du statut des populations lymphocytaires T innées et de leur contrôle des lymphocytes T folliculaires helper au cours du myélome multiple

Le travail portera sur l’étude des populations de lymphocytes T innés (lymphocytes iNKT et lymphocytes T CD8+ « innate-memory » ou IM) et de leur interaction avec les lymphocytes T CD4+ folliculaires helper (Tfh) et les plasmocytes malins au cours du myélome.

Notre hypothèse est que les lymphocytes T CD8+ IM dont la différenciation dépend en partie des lymphocytes iNKT interviennent dans le contrôle du myélome multiple, d’une part en contrôlant directement les plasmocytes malins du myélome, et d’autre part en censurant les lymphocytes T CD4+ Tfh.
Afin de tester cette hypothèse, nous analyserons la fréquence et la fonction des lymphocytes iNKT et T CD8+ IM du sang périphérique :
  • de patients souffrant de myélome à différents stades du développement tumoral, de indolent (la masse tumorale reste sous le contrôle immunologique) à symptomatique (la masse tumorale échappe à tout contrôle et requiert une prise en charge thérapeutique urgente)
  • de patients porteurs d’une gammapathie monoclonale de signification indéterminée (MGUS selon l’acronyme anglo-saxon, pour Monoclonal Gammapathy of Unknown Significance)
  • de patients en rémission après traitement (les patients seront stratifiés selon leurniveau de réponse, définie par les critères de l’IMWG)
  • de patients en rechute ou en progression de leur myélome
  • de patients en cours de traitement dès lors que leur niveau de réponse au traitement est connu
  • de sujets sains appariés pour l’âge.
Le statut des lymphocytes iNKT et T CD8+ IM sera corrélé à la fréquence et au potentiel fonctionnel des lymphocytes T CD4+ Tfh.
Parallèlement, nous analyserons dans la moelle osseuse des patients atteints de myélome à différents stades de la maladie, la répartition des populations de lymphocytes iNKT, T CD8+ IM et CD4+ Tfh.

Recherche

Menu principal

Haut de page