Le matériel

Nous disposons d’un appareil de spectrométrie par Résonance Magnétique Nucléaire (RMN AVANCE 500 MHz Bruker, Wissembourg) financé par le conseil régional Poitou-Charentes. Il est installé dans les locaux de l’unité INSERM 1082 sur le site du CHU de POITIERS.

Aimant supraconducteur vertical de 11,7 Tesla permettant une fréquence de Résonance du 1H de 500,13 MHz

La RMN est une technique qui permet d’analyser une large gamme de composés de façon qualitative et quantitative, en une seule expérience. L’application de cette méthodologie que nous développons sur les liquides biologiques permet d’accéder à des informations métaboliques. Cette méthodologie présente également les avantages de pouvoir être réalisée sur un échantillon de petite taille, après un minimum de préparation et d’être non destructrice.

Nous disposons de 3 sondes :

  • 2 sondes pour l’analyse d’échantillons liquides
    • une sonde inverse 5 mm

Aspect extérieur d'une sonde

  • Optimisée pour l’observation du 1H, découplage hétéronoyaux
  • Exploration des liquides biologiques
  • une sonde 10 mm
    • Optimisée pour l’observation des hétéronoyaux.
    • Volume utile plus important pour l’exploration des liquides ou de cellules vivantes avec ou sans perfusion
  • une sonde HRMAS (High Resolution Magic Angle Spinning)
  • Sonde HRMAS

    Cette sonde permet l’étude de tissus en 1H, 13C ou 31P. L’application se fait sur un volume de 12 à 100 µL.

    Rotor HRMAS L’échantillon est basculé à « l’angle magique » par rapport au champ d’induction magnétique, avec rotation sur lui même de 3 à 4 kHz. Ceci permet de réduire considérablement les problèmes de susceptibilité magnétique dus à l’organisation des tissus. L’avantage de cette configuration particulière est d’apporter une résolution spectrale équivalente à celle obtenue en liquide, en conservant l’intégrité de la compartimentation cellulaire.

    Nous avons aussi mis en place un système de référence électronique ERETIC pour les mesures quantitatives. Cette référence électronique exogène est générée par le spectromètre et est transmis pendant l’acquisition du signal. Cette technique évite l’ajout de molécule de référence dans l’échantillon. En effet ces références sont souvent l’objet d’interactions moléculaires entraînant une modification de leur signal RMN, et ainsi une erreur sur les mesures quantitatives absolues.

    Recherche

    Menu principal

    Haut de page